LE FRONT NATIONAL (FN) OU LA GRANDE ILLUSION

Le parti de la

LE FRONT NATIONAL (FN) OU LA GRANDE ILLUSION [TRIBUNE LIBRE]

La Rédaction

De quel utilité peut bien se prévaloir le FN dans la situation déliquescente et prérévolutionnaire que connait aujourd’hui l’Hexagone ? Interrogation somme toute bien légitime, au vu des quarante dernières années « frontistes ». Car depuis que le FN consacre l’intégralité de son activité au « cirque électoral » verrouillé par la bien-pensance, AUCUNE mesure préconisée par ce parti n’a été retenue par les assemblées institutionnelles.

Quarante-cinq années d’agitation électoraliste  pour… rien ! Hormis des élus bien sages cantonnés dans la figuration et des subventions étatiques qui pleuvent au fil des élections…RIEN, ABSOLUMENT RIEN   n’a changé dans nos vies !   

Là où la supercherie éclate, c’est aux dernières élections présidentielles qui virent   ce parti républicain, abandonner  son  thème  central  de l’immigration et du retour des indésirables sur leurs terres d’origine. Désormais, il n’en est plus question. 

Pour cause de dédiabolisation, finis les slogans percutants : « Quand nous arriverons, ils partiront … », finis les « Six millions de chômeurs, c’est six millions d’immigrés de trop » etc. ; quant à « La France aux Français », ne rêvons pas, il n’en a jamais  été question, sauf  parmi les électeurs de base  victimes forcées du  « vivre-ensemble »….  

Dans cette même dérive, exit  les discours sans concession sur le rétablissement de la peine  capitale, l’abrogation des lois Pleven-Gayssot ou de l’abominable loi Veil …En résumé, c’est l’alignement sur le « politiquement correct », le « religieusement correct », le « scientifiquement correct »…. Et horresco referens, c’est l’éloge de 1789, des pseudos « valeurs républicaines », de la laïcité, de l’islam à la française, etc. 

Devenu un parti domestiqué, un parti du système, un parti accro aux prébendes et touché lui aussi par les « affaires », le FN s’est non seulement « recentré » mais  a aussi  déserté la rue. Malgré sa cohorte d’élus, malgré ses scores électoraux, malgré le soutien de 7 millions d’électeurs aux Présidentielles, malgré son matériel logistique, malgré son trésor de guerre   …c’est le vide au plan de l’action. Totalement absent lors des manifestations contre le mariage homosexuel, la GPA, la MPA  ou  contre le Loi travail (dupant ainsi son électorat populaire) ; aucune opération coup de poing médiatique, aucune mobilisation systématique contre les agissements immigrationnistes des gauleiters de Marianne. Seulement quelques déclarations apaisées et consensuelles sur les plateaux télévisés, agrémentées de quelques tweets… 

Oui, vraiment, Il faut une grande  dose naïveté pour croire encore, que le FN, une fois parvenu au pouvoir,  appliquera  les rares mesures de bon sens qu’il n’a pas encore reniées, alors qu’il s’est montré incapable de défendre ses fondamentaux, au cours d’une  opposition feutrée et sans réelle responsabilité. 

Dans ces conditions, nous invitons nos compatriotes bretons, à ne plus se laisser duper   par le soi-disant « danger FN » qui, s’il  peut faire illusion auprès des antisystèmes, n’en demeure pas moins une pure invention des médias aux ordres. 

Le FN n’a jamais  représenté une menace réelle pour le Système. Bien au contraire.  Par son programme jacobin, par ses discours aseptisés, par sa pratique politique conformiste, le FN entend tout au plus amender ce système, s’y insérer durablement, s’y alimenter mais  en aucun cas le renverser pour rétablir un ordre civilisé, homogène et durable.     

Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’unique danger qu’il représente réside bel et bien pour nous, les Bretons et autres peuples enracinés qui veulent redevenir « maitres chez eux ».

C’est-à-dire maitres de leur destin en vue d’améliorer le bien-être de leurs membres, dans leur continuité ethno-historique. Si sur ce plan, le FN  nourrit un jacobinisme viscéral propre à l’Etat français qui n’est plus à démontrer, il se révèle  tout aussi trompeur en faisant miroiter une issue paisible à la situation actuelle (à laquelle même les analystes officiels du Pouvoir n’y croient pas). Ce qui conduit, de facto, à la démobilisation et  à l’endormissement  d’un électorat encore sain. 

A l’évidence, il s’agit là d’une impasse, d’une voie de garage. Car en canalisant le mécontentement général, ce parti du Système neutralise finalement toute émergence d’une réaction nationaliste véritable qui pourrait, l’enchainement des évènements aidant, s’ouvrir sur une refonte totale de notre société, et nous permettre de recouvrir nos droits ancestraux supprimés depuis cinq siècles. Et, de cela,  nos chefaillons  du nationalisme  hexagonal  purement doctrinal, s’y refusent totalement. 

A cet égard, le FN est bien le digne héritier de ces « ligues nationales » d’avant-guerre, (sans leur allure militaire) soucieuses de maintenir un système étatique et économique en cours, mais peu combatives sur le plan social, et dont l’activisme se solda par  un glorieux ersatz de « Révolution nationale », sous l’égide d’un vieux maréchal, réfractaire aux  aspirations européennes de son époque. 

Or, aujourd’hui, le chaos social, économique et ethnique qui se répand inexorablement  sans rencontrer le moindre obstacle, exige  de tout intervenant politique, économique ou religieux, soucieux de réveiller nos peuples anesthésiés, la tenue d’un tout autre discours,d’un DISCOURS DE RUPTURE en phase avec notre situation dramatique. 

Dans cette optique, la stratégie de conscientisation  et de mobilisation ne peut reposer que sur une totale remise en question  de nos représentants et cadres institutionnels  : les « élites » de tout ordre qui ont montré leur incapacité notoire et leur nocivité par leur allégeance à la Finance internationale d’outre-Atlantique ; les idéologies cosmopolites et culpabilisantes ; les partis de la décadence et de l’illusion « nationale » ;  l’Etat-nation qui amplifie  sa criminelle politique de destruction des peuples-patries de l’Hexagone, par le remplacement de populations ; L’Union Européenne, véritable protectorat américain aux mains des multinationales dirigées par une hyper-classe mondialiste, qui poursuit l’anéantissement  des peuples tant européens que non-européens (Irak, Lybie, Syrie…), tout en planifiant   de nouveaux conflits mondiaux…      

En ce début de XXIème siècle, notre seul espoir de survie  consiste  à  prendre en marche le train de l’Histoire : celui du réveil des identités ethnoculturelles ; lesquelles  se manifestent déjà avec succès dans nos pays de l’Europe de l’Ouest (Catalogne, Ecosse, Corse…) et qui formeront une synergie irremplaçable avec celles de l’Europe de l’Est, pour l’édification future  de la Grande Europe ; une Europe continentale avec nos frères russes ; une Europe des Peuples.  Non celle des marchands d’aujourd’hui, ni celle du Grand califat  de demain à laquelle nous conduisent nos fossoyeurs en place. 

                                                                                                            JAKEZ GWILLOU 

Crédit photos : blandinelc (flickr cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

COMMENTAIRES (0)
NOUVEAU COMMENTAIRE :
Me notifier l’arrivée de nouveaux commentaires
PROPOSER
Rechercher
Publicités