Cogolin, épinglé par la cour des comptes !..

le parisien  cogolin.jpg

var-matin-29-10-16 Pour  une lecture  plus facile en PDF, cliquez sur le lien
diapositive1diapositive2

Publicités

Repas avec Jean Marie Le Pen

Samedi  15 Octobre à Grimaud (83), Jean Marie Le Pen, présidera  un déjeuner politique pour le lancement du comité Jeanne 83
Le restaurant se trouve sur la D559   (ancienne rd98)


Sous cette affiche, vous pouvez téléchargez l’inscription au repas

jmlp-affiche-jpeg

Inscrivez vous ci dessous ,en  téléchargeant la demande d’inscription au repas .

cliquer sur l’image, il ne vous restera  plus qu’a  imprimer la fiche.

Attention:
l’accès au restaurant ne sera autorisé que si vous vous êtes inscrit avant le 12 Octobre

invitation-definitive-pdf
invitation-definitive-jpeg

 



Ci dessous le  plan du restaurant

Sauvons notre pays

Le Parti de la France

Jeudi 22 Septembre 2016
21:03

Réinfo du 12 Septembre

 

Le Parti de la France

Lundi 12 Septembre 2016
7:38

L’effet boomerang

 8570960-13501288
Parti de la France

Tribune libre (17/08/16)

L’effet  Boomerang

(1792 – 2016)

«Sus aux terroristes qui attaquent la république !» proclament maintenant les révolutionnaires, adulateurs de leurs sosies de 1789, en se voulant «dévotement» laïcs par haine du Christ, totalement gratuits faute de fondement historique cohérent et enraciné, et unanimement obligatoires dans leurs barbouillis de lois, celles-ci souvent liberticides quoique inefficaces. Mais qu’en est-il de la tradition nationale séculaire qui devrait être la sève nourricière et protectrice de notre peuple ?  

 «La patrie est en danger !» hurlaient jadis les jacobins, coupeurs de têtes et francs-maçons, tout en faisant table rase de l’héritage national élaboré pertinemment pendant treize siècles depuis CLOVIS, père fondateur de la patrie française. Et la France ne s’est jamais vraiment relevée de cet attentat-là.

L’offensive sanguinaire des islamistes, le «vendredi noir » du 13/11/15, avait donc déjà bouclé un cercle particulièrement vicieux. En effet le défaut de la cuirasse des vantards de la forfanterie républicaine est dû à une brisure postérieure causée par les kalashnikovs des terroristes musulmans de 2015, succédant à une fissure antérieure léguée par les guillotines des terroristes francs-maçons de 1793. Écartelée par cette contradiction, la république ne s’est pas relevée de ces attentats. Malins, malins et demi…. Puis ce fut le comble de l’expiation, le jour de « leur » fête nationale du 14/07/2016 à Nice. Ce « dies irae » (jour de la colère divine), la punition de ce peuple français renégat a été implacable : se voulant majoritairement héritier des « grands » ancêtres génocideurs, ce peuple inconséquent et étourdi avait oublié, depuis bien longtemps, que par décret royal de Louis XIII, la fête nationale française est celle de la commémoration de l’Assomption de la Sainte Vierge Marie, Mère de Dieu, le 15 août. En effet, la France fut essentiellement la fille aînée de l’Église catholique, socle pendant quinze siècles de notre Nation. Hélas, depuis Vatican II…. la subversion mondialiste, sous le masque ridé du vieux «modernisme» voltairien, imposa la dénaturation du christianisme en exhumant l’héritage des hérétiques du XVIIIe siècle (Talleyrand – «évêque»), du XIXe (Lammenais – «abbé» ; Roca – «abbé»), du XXe (Teihard de Chardin – «abbé»). Le concile qui ne fut, en fait, qu’un conciliabule pseudo-catholique, réalisa l’objectif des Carbonari, francs-mac. italiens, en imposant le pouvoir de la clique héritière des Illuminés de Weisshaupt (juif bavarois, «converti» catho. et père fondateur du complot révolutionnaire qui initia, en France (1789), le bouleversement universel). L’effet caractéristique du coup d’état conciliaire fut la mort subite voire brutale, plus que suspecte, du dernier Pape catholique Jean-Paul 1er, dont l’«entourage» interdit l’autopsie. Flou circonstanciel qui justifie la présomption d’assassinat, lequel serait bien dans la tradition du fanatisme terroriste et révolutionnaire.             

Ainsi ABOU BAKR al-BAGHDADI, le chef du prétendu «État» islamique, est le spectre revenant aujourd’hui de ROBESPIERRE, qui éleva hier le terrorisme à la hauteur d’une institution et qui ensanglanta la France. L’un vomit sa haine contre les Croisés ; l’autre en fit autant deux siècles plus tôt en massacrant les fidèles de la Croix.

Bref, les républicains de jadis ont lancé un boomerang révolutionnaire que les républicains d’aujourd’hui reçoivent en pleine gueule. Or ceux-ci, stupéfaits par la violence salafiste, sont les rejetons, à la huitième génération, de ceux-là.  

Depuis plus de deux siècles, les républicains (tous plus ou moins maçonniques, jacobins, «démocrates » mais méfiants des élans du peuple qu’ils méprisent pour ses réactions de bon sens dites dédaigneusement «populistes », marxistes, capitalistes «libéraux » c’est-à-dire gloutonnement voraces, communistes, cosmopolites, sionistes, mondialistes) ont imposé violemment le culte des destructeurs de la brillante Nation Française originelle. Cette France qui fut si longtemps le phare de la civilisation européenne et chrétienne, aux époques où celle-ci était encore héritière des preux chevaliers.

Ce culte maléfique a été porté jusqu’à la vénération par le «tigre» de papier, et franc-maçon de haut grade, CLÉMENCEAU qui prononça, à la tribune de la Chambre des députés en 1891, ces paroles impardonnables :

  « J’ approuve tout de la Révolution :

Les massacres de septembre, les noyades de Nantes, les mariages républicains où les vierges, accouplées à des hommes par une imagination néronienne, avant d’être jetées dans la Loire, avaient à la fois l’angoisse de la mort et la souffrance de la pudeur outragée.

Les horreurs de Lyon, où on attachait les enfants à la gueule des canons, et les égorgements de vieillards de quatre-vingt-dix ans et de jeunes filles à peine nubiles.

Tout cela forme un bloc glorieux et je défends qu’on y touche. Je défends que, sur un théâtre qui dépend de l’État, un dramaturge illustre vienne, après plus de cent ans révolus, prononcer une parole de pitié, qui serait un outrage aux mânes augustes de Robespierre et de Marat ».

Les terroristes de Daech  ou de Al Quaïda ont bien des progrès à faire dans la barbarie pour atteindre ce niveau d’ignominie.

   [Cette déclaration éhontée du fanatique Clémenceau est citée, in extenso, par  le Dr Philippe Ploncard d’Assac (neurochirurgien retraité) dans son livre essentiel «le complot mondialiste » qu’il faut impérativement lire…. puis relire.

(Édition SPP – BP 30030 – 83952 La Garde cedex)]

 Or qui sème le vent récolte la tempête. Les Français ont approuvé ces apôtres de la violence terroriste et les ont «sanctifiés», génération après génération. Pour eux, le temps est venu de payer leur impéritie.

Et comme toujours ce sont les anonymes, innocents et hébétés, qui payent le prix du sang. Soyons compatissants et solidaires c’est-à-dire  charitables. Et respectons nos morts, mais TOUS nos morts victimes des terrorismes révolutionnaires qui  se succèdent depuis plus de deux siècles : la mémoire des milliers de victimes de la sanglante «épuration» gaulliste de 1945 doit être honorée autant que celle de nos concitoyens assassinés par les djihadistes fanatiques, ce vendredi noir 2015 ; et les «septembriseurs» dantonistes de 1792 doivent être honnis autant que les «novembriseurs» islamistes de 2015 ou que le «juilletueur» sarrasin de 2016.

  Pour l’heure, la commisération nationale en faveur de nos compatriotes meurtris doit être sans faille.

La France ne se relèvera de sa décrépitude que si les Français reviennent à la défense de l’héritage national,  sous l’égide de Jeanne d’Arc, notre sainte nationale, et du chevalier Bayard, sans peur et sans reproche. Il leur faudra relever TOUS les défis, qu’ils soient salafistes, mondialistes, cosmopolites ou maçonniques.

La France, c’est Saint Louis.

Telles sont l’inspiration et la raison d’être du nationalisme français. En urgence, il nous faut reconquérir la maîtrise de nous-mêmes ; par exemples, en refusant l’invasion migratoire qui crée un environnement propice à la subversion djihadiste, même si la plupart des immigrés ne sont pas des terroristes potentiels, et en méditant l’éventualité du Fréxit puisque leur europe minusculaire de Bruxelles n’est qu’un appendice mondialiste.

Il devrait aller sans dire mais, hélas, cela va beaucoup mieux en le disant, qu’une telle vision de la renaissance française suppose l’éradication, hors du paysage politique français, des pollueurs issus du marigot « démocratique » qui tiennent le haut du pavé gluant de la ruelle politico-médiatique. Vu particulièrement que la hâblerie des candidats aux «présidentielles» est asphyxiante par ses sempiternelles références à l’escroquerie politique de 1789.

C’est tout le système politicard «français» qu’il faut pulvériser.

Gilles Sibillat, le récalcitrant,      proviseur retraité, chargé de mission du Parti de la France pour le Var

CARL LANG, INVITÉ DU FACE À FACE DU 5 SEPTEMBRE 2016

Le parti de la

CARL LANG, INVITÉ DU FACE À FACE DU 5 SEPTEMBRE 2016

Face à Face, magazine d’information bimensuel du Parti de la France.

Carl Lang, invité du Face à Face du 5 septembre 2016
Invité :
Carl Lang, Président du Parti de la France

Après l’actualité dramatique de l’été (le massacre de Nice ; l’exécution du Père Hamel sur l’autel de son église en plein office ; l’affaire du burkini et la réaction des Corses, etc), le Président du PDF revient sur l’islamisme, conséquence directe d’une immigration incontrôlée, comme en témoigne le chiffre record de clandestins atteint dans la « Jungle de Calais ».
Réaffirmant que ce n’est la laïcité, bouclier en carton face à l’Islam, qui parviendra à mettre fin à ce cycle infernal, mais bel et bien la réaffirmation des valeurs chrétiennes d’une Europe et d’une France multiséculaires, Carl Lang a appelé au réarmement moral et physique des Français, notamment par la création d’une Garde Nationale.