Adhésions au Parti de la France

adhésion Par CB   Vous pouvez aussi adhérer par CB, directement ICI
sc253_topse16091312000_0001

sc253_topse16091312000_0002
tract-adhesiont-adhesion

Vous pouvez aussi adhérer par CB, directement ICI

Publicités

loi du travail..

 FB_IMG_1505153041365

LOI TRAVAIL : UNE MESURETTE DÉRISOIRE

A la veille des premières manifestations orchestrées par la gauche et l’extrême gauche contre les ordonnances Macron, le Parti de la France déplore le caractère artificiel à la fois des mesures gouvernementales mais aussi des réactions d’hystérie syndicale qu’elles suscitent.

Une fois de plus, le gouvernement est dans la posture. Il est sans doute légitime de vouloir réformer le code du travail et de le simplifier. Légitime également de souhaiter refonder les conditions du dialogue social. Mais une « loi travail » digne de ce nom, au moment où 10 % de nos compatriotes connaissent les affres du chômage, consisterait avant tout à sortir la France de sa bureaucratie socialiste, à briser les carcans qui étranglent nos entreprises – en particulier les petites et moyennes -, à redonner aux Français le goût et les moyens de la responsabilité, de l’initiative et de l’ambition économique tout en permettant à l’État de développer les stratégies industrielles et sociales nécessaires à la réussite française et à notre cohésion nationale.
 
Par ailleurs le Parti de la France rappelle la nécessité d’établir une politique de préférence nationale à l’embauche, de patriotisme social et de régulation du commerce international. 
 
Ni les ordonnances du gouvernement, ni les réactions claniques des syndicats ne sont à la hauteur des enjeux.

Journée d’amitié Française

Journée nationaliste avec nos amis royalistes à l’abbaye St Michel de Frigolet, (vaucluse), puis repas à chateaurenard pour terminer la journée de l’amitié Francaise.

21078839_1532224403467397_7448528133335483137_n

21553019_728014384048503_1542456391_n
Mr Labbé et S.A.R le Prince Sixte -Henri de Bourbon-Parme

MESSE1

Entrer une légende

SORTIE D EMESSE

S.A.R Prince Sixte Henri de Bourbon -Parme, avec Didier Monnin
Didier Monnin en discussion avec S.AR le Prince Sixte -Henri de Bourbon-Parme
Dédicace avec Roger Holeindre
Dédicace avec Roger Holeindre

LYS

REPAS
Repas journée de l’amitié à Chateaurenard
ELIE MONNIN
Elie Hatem et Didier Monnin

 

Un élu FN rejoint le PDF

UN ÉLU FN DE L’AUDE (11) REJOINT LE PARTI DE CARL LANG

Rudy Fabre, 30 ans, conseiller municipal FN de Fleury d’Aude rejoint le Parti de la France.

 

Moi Rudy FABRE.png

En contact avec Daniel Estrella adhérent et militant du PdF dans le département, Rudy Fabre a évoqué ses désaccords concernant les orientations politiques de Marine Le Pen.

Déçu par les options politiques du néo-FN, il a donc choisi de rejoindre le Parti de la France afin de défendre les vraies valeurs de la droite nationale populaire et sociale.

Nous lui souhaitons la bienvenue au sein du Parti du président Carl Lang.

 

Guy Jovelin

Délégué régional Occitanie (Midi-Pyrénées)

MERCI À NOS CANDIDATS, MILITANTS ET ÉLECTEURS !

Le Parti de la France

Lundi 12 Juin 2017
14:24

Message de Carl Lang sur l’alliance

Carl Lang s’exprime sur l’alliance électorale avec Jean-Marie Le Pen et Civitas

 

Publié par Thomas Joly

Faire face au FN ou reconstruire « la famille de la droite nationale », Carl Lang, Président du Parti de la France (PdF) commente pour Sputnik la décision de Jean-Marie Le Pen de créer une alliance et de présenter jusqu’à 200 candidats aux législatives. « Il s’agit pour nous de faire entendre de nouveau la droite nationale française », affirme M. Lang.

La création de la nouvelle alliance politique Union des patriotes suggérée par l’ancien dirigeant du FN Jean-Marie Le Pen est une nécessité pour redresser la droite nationale française, selon Carl Lang, Président du Parti de la France (PdF).

« Nous voulions faire entendre la voix de la droite nationale sur les valeurs de l’identité française. Cela se concrétise par la création d’un partenariat électoral entre le Parti de la France (PdF) que je préside, les Comités Jeanne sous la présidence de Jean-Marie Le Pen et l’association Civitas, organisation catholique de droite, la première pierre de la reconstruction de la famille de la droite nationale », a-t-il ainsi déclaré à Sputnik.

Il a également précisé qu’avec le parti Souveraineté, identité et libertés (SIEL), ils seront rattachés à une structure administrative politique qui s’appellera l’Union des patriotes.

Par ailleurs, accusant la dirigeante du FN Marine Le Pen d’avoir mené « la campagne souverainiste de gauche », M. Lang a affirmé qu’il s’agissait pour eux d’un « recentrage » et d’une « normalisation du discours de Madame Le Pen » qui aurait pu « désorienter beaucoup d’électeurs » lors de la présidentielle en démontrant que son niveau politique « n’était pas suffisant » face à Emmanuel Macron.

Toutefois, pour M. Lang, l’alliance n’est pas là pour faire face au Front national, quoi qu’il confirme qu’il y aurait un certain nombre de divergences avec la politique de Marine Le Pen.

« Il aura des oppositions avec le FN, parce que le FN va présenter ses candidats partout, y compris même face à l’allié d’hier, Nicolas Dupont-Aignan. Nous serons présents dans un tiers des circonscriptions. Pour une raison simple : nous sommes financièrement limités. Les campagnes du Parti de la France se font avec l’argent de nos militants, nos candidats et nos sympathisants », a-t-il expliqué.

Dans le même temps, le Président du Parti de la France a affirmé que sa politique porterait sur « le thème « Pas d’islamisation chez nous ! », le refus de l’islamisation de la société française ».

« C’est la première fois qu’une unité politique s’engage électoralement sur ce thème-là », a-t-il annoncé en rajoutant qu’ils envisageaient de travailler également sur le sujet du « partenariat entre l’Union européenne et la Russie ».

Le 16 mai, le fondateur du FN Jean-Marie Le Pen, accompagné des dirigeants du PdF Carl Lang et de Civitas Alain Escada, ont fait part de leur intention de fonder l’alliance Union des patriotes et de présenter aux législatives, prévues pour le mois de juin, de 150 à 200 candidats, susceptibles de faire face au Front national présidé par Marine Le Pen.